Le Misanthrope

Le Misanthrope

de Molière
Premier chapitre de la Trilogie "Du Misanthrope au Cardinal"

Pris au piège de ses propres contradictions, Alceste, fou amoureux de l’envoûtante Célimène, est déchiré entre ce que lui dicte d’un côté son cœur et de l’autre sa raison.
Alors que son ami Philinte a organisé pour lui un anniversaire surprise, Alceste se retrouve aux prises avec une foule de gens qu’il ne peut supporter, et qu’il considère plus hypocrites les uns que les autres : Arsinoé, Oronte, le Marquis… et bien sûr Célimène, qui s’en donne à cœur joie pour faire enrager son amant.
Mais, l’alcool aidant, l’amour parviendra-t-il à faire craquer le vernis des conventions et du jeu social ?

Mise en scène : 

Violette Erhart et Sylvain Martin

Avec : 

(en alternance) Bunny Chriqui, Violette Erhart, Luc Franquine, Benjamin Gourvez, Florian Guérin, Mahmoud Ktari et Sylvain Martin

REVUE DE PRESSE

"On ne peut que goûter ce Misanthrope actualisé par une mise en scène qui fait de Molière notre contemporain." (Ouest France)


"Spectacle très bien joué. Un voyage intéressant autour de ces personnages. Beaucoup de finesse, une belle mise en scène. Une lecture contemporaine avec beaucoup d'intelligence" (Radio Campus Paris)


"Une très bonne distribution pour ce classique de Molière rondement mené. Comme quoi avec un petit budget et une bonne direction d'acteur, on peut refaire encore et encore entendre le texte de Monsieur M. À soutenir sans modération." (Starter)


"Prisonnier de lui-même autant qu'il l'est du monde cet Alceste (Luc Franquine) est convaincant et touchant. La qualité de l'interprétation de Philinte (Sylvain Martin), qui lui donne la réplique avec une souplesse et un grand naturel n'est pas moindre." (Atlantico)


"Voilà un projet théâtral original et très intéressant : suivre les mêmes personnages au fil des siècles, et des auteurs, et joués le même jour sur la même scène par les mêmes acteurs [...] Pari gagné, donc, pour cette production qui mérite notre venue et nos applaudissements." (Senioractu)


"On retrouve le célèbre Alceste et sa haine du genre humain dans une mise en scène moderne et audacieuse du Misanthrope, très belle pièce de Molière" (Arts Culture Évasions)


"Une pièce ici modernisée, qui renforce notre impression de l'intemporalité des textes de Molière" (Sorties à Paris)


"Rien qu’avec ce « Misanthrope », la troupe fait mouche, augurant d’une suite favorable pour les spectateurs qui voudraient prolonger leur plaisir avec les deux volets suivants. Une belle énergie se dégage de ce premier opus. Molière n’est pas trahi..." (Les Soirées de Paris)


"En modernisant la pièce, l'adaptation montre toute l'intemporalité du texte de Molière. La force de la mise en scène est de ne pas sacrifier la langue à la modernité de l'adaptation. Si les téléphones ont remplacé les billets, l'alexandrin ne perd pas de son charme et les acteurs le font vivre avec une fluidité réjouissante." (Les Arts Mouvants)


"La mise en scène fait le choix de la modernité des situations. Costumes, beuveries, danses échevelées, dénonciations par le truchement des téléphones portables, illustrent notre époque moderne [...] dans le respect absolu de la langue de Molière" (Spectacles Sélection)


"Les acteurs donnent le meilleur d’eux-mêmes tout au long de cette savoureuse représentation grâce à l’habile mise en scène de Violette Erhart et Sylvain Martin, laissant le public se couler aisément dans ce texte qui n’a pas pris une ride ! " (Fahrenheit 452)


"Du monument classique que représente le Misanthrope, la mise en scène de Violette Erhart et Sylvain Martin a gardé intacte la langue de Molière mais a modernisé l’ambiance" (Reg’Arts)


"Une mise en scène finement pensée qui replace avec justesse l'histoire d'Alceste dans notre époque. On constante avec grand plaisir qu'avec peu de moyens les metteurs en scène ont réussi à monter un spectacle subtil. Les comédiens s'acquittent très bien de leur rôle en ménageant d'agréables surprises." (Théâtre & Co)

L'EQUIPE

ARTISTIQUE